mercredi, mars 20

Cuisine, santé et bien-être

Cochayuyo. C’est une algue brune comestible originaire de la côte chilienne et traditionnelle dans les communautés indigènes. Il peut mesurer jusqu’à 15 mètres de long, en forme de tube creux, il pousse accroché aux rochers dans les zones froides et gonflées. Elle est charnue et consistante, avec une texture de champignon.

Kombu. C’est l’une des algues les plus riches en minéraux, en particulier en calcium et en iode. On le trouve sur les côtes septentrionales des océans Pacifique et Indien et en Espagne, il est cultivé sur les côtes de la Galice. C’est une algue assez dure, son temps de cuisson devrait donc être d’au moins 30 minutes, de sorte qu’elle est couramment utilisée pour cuire les légumineuses.

Wakame. Très semblable en apparence au kombu, l’algue wakame est beaucoup plus douce et n’a besoin d’être cuite que pendant 15 minutes environ. Il se distingue par le fait qu’il est l’un des plus riches en calcium. Dans la cuisine, il est souvent utilisé comme ingrédient dans les crèmes ou les soupes, comme la soupe miso.

Hiziki. C’est une algue noire japonaise d’aspect ramifié et de saveur intense. C’est l’algue la plus riche en calcium (10 fois plus que le lait) avec un bon rapport calcio-phosphore qui garantit son absorption. C’est aussi une bonne source de fer. Accompagne bien le tofu.

Dulse. Algues de couleur rougeâtre, sa chair est douce, raison pour laquelle elle ne peut être consommée que trempée quelques minutes. On l’utilise habituellement dans les salades, les soupes ou pour faire des pâtés.

Spaghetti de mer. C’est une algue de l’Atlantique à l’aspect allongé et charnu qui rappelle les nouilles italiennes. C’est une algue très polyvalente et elle est utilisée en cuisine pour faire des farces ou des pâtés.

Agar-agar. C’est une préparation qui est faite après la cuisson de différents types d’algues marines et son utilisation en cuisine est comme agent gélifiant. Il est vendu en flocons ou en poudres d’aspect blanc assez transparent. Il est fréquemment utilisé pour faire des desserts.
Protéines végétales

Tofu. Dérivé du soja jaune obtenu par caillage du lait de soja. Il contient très peu de matières grasses et est riche en minéraux et vitamines. Il ne doit pas être consommé cru et bien cuit est très digeste.

Tempeh. Fermenté à l’origine en Indonésie à partir de fèves de soja jaune précuites. Aujourd’hui, vous pouvez également trouver des pois chiches tempeh.

Seitan. C’est la protéine du blé ou de l’épeautre qui résulte de l’élimination de l’amidon. C’est du gluten pur, il n’est donc pas recommandé pour les personnes intolérantes ou allergiques au gluten. Il a une teneur élevée en protéines et une texture et une énergie semblables à celles de la viande.

Lentilles rouges. Il s’agit d’une variété de lentilles pelées à l’orange. Elles sont cuites rapidement et parce qu’elles n’ont pas de peau, elles sont recommandées pour les personnes ayant des problèmes de digestion des légumineuses et dans les régimes de transition.

Azuki. Haricot rouge japonais très typique de la cuisine macrobiotique pour ses propriétés médicinales, car ils aident à renforcer le rein. Ils ont un goût doux.