lundi, avril 22

Alimentation électrique

 

Des études scientifiques montrent que la santé se construit à table sur la base des aliments que nous mangeons. Il est donc important d’accorder l’importance qu’il convient à une alimentation variée et équilibrée, caractérisée par l’apport équilibré de divers nutriments.

Manger est considéré comme l’un des plaisirs de la vie, mais « bien manger » ne signifie pas seulement se rassasier. Manger de la bonne nourriture de qualité dans un environnement convivial, manger un peu de tout mais en quantité suffisante est tout aussi important.

L’équilibre alimentaire ne se construit pas sur un seul repas ou un seul jour mais plutôt sur une continuité hebdomadaire. Il n’y a pas d’aliments « interdits » ni d’aliments « miraculeux », même si, bien sûr, certains aliments sont considérés comme plus sains (fruits, légumes, farine, poisson) et d’autres moins (aliments sucrés ou trop salés, viande rouge, gras d’origine animale).

 

Les bienfaits d’une alimentation saine

Un style diététique correct aide à construire, renforcer, maintenir le corps et fournir l’énergie quotidienne nécessaire pour le bon fonctionnement du corps. Une alimentation adéquate est donc cruciale pour un développement physique sain dès la phase prénatale, jusqu’à l’enfance et plus tard dans la vie. Une alimentation équilibrée est, par exemple, directement liée à une bonne santé maternelle et infantile, facilite l’apprentissage des enfants et aide les adultes à être plus productifs.

 

Une alimentation équilibrée, associée à un mode de vie actif, qui inclut l’activité physique quotidienne, aide à maintenir un poids corporel adéquat, permettant une croissance plus harmonieuse d’un point de vue physique et plus sereine d’un point de vue psychologique. Souvent, en fait, les personnes en surpoids ou obèses ont tendance à être marginalisées et soumises à une véritable stigmatisation sociale. En particulier, les enfants sont amenés à développer une relation difficile avec leur corps et avec leurs pairs, s’isolant ainsi encore plus avec une augmentation invitante des habitudes sédentaires.

Une saine alimentation aide à prévenir et à traiter de nombreuses maladies chroniques comme l’obésité et le surpoids, l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires, les maladies métaboliques, le diabète de type 2 et certaines formes de cancer. De plus, une alimentation saine renforce le système immunitaire en aidant à protéger l’organisme contre certaines maladies non directement liées à la nutrition.

 

Les risques d’une mauvaise alimentation

Le risque cardio-vasculaire et cérébrovasculaire est fortement influencé par le type de régime alimentaire. Pour réduire l’athérosclérose et ses conséquences, il est important de limiter les graisses animales contenues dans l’alimentation. Il est également conseillé de réduire l’utilisation quotidienne de sel de table pour rééquilibrer les valeurs de tension artérielle et donc le risque d’hypertension et d’insuffisance cardiaque. Enfin, la consommation de viande et de graisses animales doit être réduite car il existe un lien direct entre leur consommation excessive et le risque de cancer.

 

Le risque d’obésité, en particulier, est déterminé non seulement par une alimentation incorrecte (qui détermine un déséquilibre entre l’apport calorique et la dépense énergétique en faveur du premier) mais aussi par un mode de vie sédentaire. Le surpoids et l’obésité sont définis par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme des conditions d’accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui présentent un risque pour la santé.

 

Bien manger dans la bonne humeur peut et est-ce que vous êtes conscient de ce que vous avez dans le plat est aussi important que la façon dont vous mangez. Prendre le temps de cuisiner, de manger et de partager un moment de détente sont autant d’éléments qui ont un impact direct sur notre alimentation.

Le moyen le plus efficace d’assurer un approvisionnement adéquat en énergie et en nutriments est de varier autant que possible et de combiner les différents aliments de manière appropriée. Les principaux groupes alimentaires qui doivent être présents dans l’alimentation quotidienne pour assurer une alimentation équilibrée sont :

 

  •     Fruits et légumes : aliments sans gras et riches en vitamines, minéraux et fibres. Ils ont un rôle protecteur dans la prévention des maladies chroniques qui apparaissent à l’âge adulte. Ils offrent une grande variété de saveurs, tout ce dont vous avez besoin pour allier santé et satisfaction. Ils peuvent être consommés de n’importe quelle façon : frais, congelés, en conserve, cuits ou crus. Ou sous forme de jus de fruits ou de jus purs à 100 %, smoothies, sauces (de préférence sans sucre ajouté) et soupes. Mais attention aux « faux amis », tels que certains types de jus de fruits ou de boissons aromatisées, boissons gazeuses ou nectars de fruits, tous produits qui contiennent souvent beaucoup de sucre et peu de fibres. Une alimentation saine comprend au moins 5 portions de fruits et légumes par jour. Portion » signifie l’équivalent d’environ 80 grammes ou, pour donner une idée plus simple, la quantité de fruits ou de légumes crus qui peut être contenue dans la paume d’une main, ou la moitié d’une assiette de légumes cuits. Quelques exemples : une tomate de taille moyenne, une poignée de tomates cerises, une poignée de haricots verts, un bol de soupe, 1 pomme, 2 abricots, 4-5 fraises, 1 banane, etc. Il est important de se rappeler que les fruits et légumes de saison sont souvent moins chers et plus savoureux.

 

  •     les aliments riches en amidon : comme les céréales, le pain, les pâtes, les pommes de terre, la polenta sont des aliments qui, dans une alimentation équilibrée, doivent être consommés quotidiennement. Ils ont une valeur énergétique élevée mais ne contiennent pas de grandes quantités de matières grasses. Manger des féculents est important parce qu’ils contiennent des glucides complexes qui, contrairement aux glucides simples des aliments sucrés, fournissent de l’énergie que le corps utilise progressivement. Vous pouvez donc manger ce type d’aliment sans crainte de grossir, à condition d’utiliser un condiment léger et sans gras et d’éviter de manger d’autres aliments qui contiennent un pourcentage élevé de glucides complexes dans le même repas en même temps. Une utilisation limitée de pâtes, de pain et de riz ne devrait être envisagée qu’en cas de surpoids ou d’obésité.

 

  •     lait et produits laitiers : leur fonction principale est de fournir du calcium sous une forme hautement absorbable qui peut être utilisée par l’organisme. Ceci est essentiel pour la construction du tissu osseux et son maintien, la contraction musculaire, la coagulation sanguine, etc. En ce qui concerne les fromages, il est important de les consommer modérément et de préférer les fromages frais à faible teneur en matières grasses (comme la ricotta de vache). Les fromages ne devraient pas être consommés à la fin d’un repas, mais devraient être considérés comme un substitut à la viande ou au poisson. Mais attention aux « faux amis » : même si la crème et le beurre sont faits de lait, ils ne doivent pas être considérés comme des produits laitiers, mais comme des graisses d’origine animale dont la consommation doit être limitée.

 

  •     poisson, viande et œufs : fournissent des protéines de haute qualité. La viande et le poisson fournissent également du fer. Le poisson a également un effet protecteur grâce au type de gras qu’il contient (oméga-3) qui réduit le risque de maladies cardiovasculaires. Il est recommandé de manger de la viande, du poisson ou des œufs, 1 à 2 fois par jour. Quant au poisson, il est recommandé de le consommer (frais et congelé) au moins deux fois par semaine. Il est important de privilégier les viandes maigres (poulet, dinde, veau et lapin), en limitant la consommation de viandes rouges et grasses (porc, oie, canard). Il est préférable de faire griller, griller ou cuire à la vapeur, limitant ainsi l’utilisation de sauces riches en matières grasses. Il est également sain de limiter la consommation de saucisses et de préférer les charcuteries maigres, tout en gardant à l’esprit qu’elles ont une forte teneur en sel.

 

  •     Graisses d’assaisonnement : leur consommation doit être limitée, en privilégiant l’huile d’olive vierge extra et les huiles végétales en général, en limitant l’utilisation de graisses animales telles que le beurre, le saindoux, le lard et la crème, qui contiennent de grandes quantités de graisses saturées. Une consommation excessive de graisses augmente le risque de surpoids et le développement de maladies cardiovasculaires. Rappelons que les huiles ont une haute valeur énergétique et qu’en plus des graisses d’assaisonnement, celles que l’on ajoute lors de la préparation d’un plat, il existe d’autres graisses « cachées », déjà présentes dans les aliments et ajoutées lors de leur fabrication.

 

 

Remarques important

  •     N’utilisez pas trop de sel, car une consommation excessive favorise l’hypertension et les maladies cardiovasculaires. Réduire le sel ajouté aux aliments pendant la cuisson et avant la consommation, peut-être en le remplaçant par des épices et des herbes. Faites également attention au sel contenu dans les aliments emballés. Pour en savoir plus sur l’importance d’un régime hyposodé, visitez les pages dédiées sur le site Web du Heart Project.

 

  •     modérer la consommation d’aliments et de boissons sucrés, car ces aliments sont riches en graisses et en sucres, sont caloriques et, s’ils sont consommés en excès, peuvent vous rendre gras et conduire au diabète. Si vous aimez finir votre repas en douceur, prenez un fruit ou préférez les desserts faits maison, à condition qu’ils soient préparés avec des graisses végétales et en quantité modérée.

 

  •     boire de l’eau en grande quantité, car notre corps est composé de plus de 60% d’eau, mais chaque jour nous en perdons une partie par la sueur, l’urine, la respiration. Il faut donc compenser ces pertes (environ 2,5 litres par jour) pour maintenir l’équilibre de l’organisme. N’attendez pas d’avoir soif pour boire : quand vous avez soif, votre corps est déjà à court d’eau. Ceci est particulièrement important pendant la saison chaude, en particulier pour les enfants et les personnes âgées. Si vous avez de la difficulté à boire de l’eau simple, préparez une tisane ou une infusion. Ou aromatiser l’eau avec quelques feuilles de menthe, du jus de citron ou une tranche d’orange.

 

  •     suivre le régime méditerranéen, car c’est un outil efficace pour réduire le risque cardiovasculaire grâce à son action sur l’athérosclérose, et parce qu’il protège contre le développement des cancers de l’estomac et du colon.

 

Si « manger sainement » vous rappelle tous les aliments que vous ne pouvez pas manger, essayez de recadrer le problème en pensant à tous les nouveaux aliments que vous pouvez essayer. Commencez par quelques fruits exotiques, essayez de créer des versions plus saines de plats qui ne sont pas sains au début (par exemple des plats cuits au four qui sont habituellement frits), ajoutez une saveur naturelle aux plats qui semblent sans goût (par exemple un peu de romarin dans les légumes vapeur ou grillés).

 

Rappelez-vous que vous n’avez pas à renoncer à vos aliments préférés. Une alimentation saine est une question d’équilibre. Vous pouvez manger tous les plats, même caloriques, gras et sucrés. L’important est de les manger de temps en temps, en plus petites quantités, en les équilibrant avec des aliments sains et un peu plus d’exercice. L’essentiel est de préparer vos propres repas de façon équilibrée et non pas rapidement. Si, par exemple, vous exagérez parfois un peu, vous pouvez compenser avec des repas plus légers dans les jours suivants. Enfin, évitez les régimes de bricolage et demandez conseil à votre médecin sur la façon de mieux manger. Rappelez-vous qu’aujourd’hui, il ne s’agit plus de régimes alimentaires, mais d’une bonne alimentation et d’un mode de vie sain.

 

L’importance des repas

Les nutritionnistes recommandent trois repas par jour : petit déjeuner, déjeuner, dîner, dîner. A cela s’ajoute une collation, recommandée surtout pour les enfants, les personnes âgées ou tout simplement lorsque vous avez faim.

Les repas marquent notre journée et donnent au corps des points de référence qui nous aident à mieux réguler l’apport alimentaire. D’où l’importance de ne pas sauter de repas : en effet, en sautant l’un d’entre eux, notre corps aura tendance à rattraper le repas suivant et à manger plus pour prévenir toute stimulation de la faim.

Le temps nécessaire pour manger le repas est également important. En fait, notre cerveau a besoin de temps pour recevoir des signaux de l’estomac, ces signaux qui lui permettent de comprendre que nous mangeons réellement. On dit qu’il faut compter environ 20 minutes avant que vous ne vous rendiez compte que nous avons assez mangé.

Ainsi, prendre le temps d’une vraie pause n’est pas seulement utile à l’équilibre alimentaire, mais c’est aussi un moyen d’inclure des moments de détente et de plus grande tranquillité. Le fait de vous réunir en famille ou entre amis pour un repas vous met en meilleure position pour apprécier ce que nous mangeons. Dès le plus jeune âge, le repas est un moment clé pour assimiler les bonnes habitudes alimentaires, les règles d’hygiène et les règles de vie sociale.

 

L’IMC

L’indice de masse corporelle (IMC), ou indice de masse corporelle (IMC), est l’indice le plus couramment utilisé pour mesurer les caractéristiques de poids d’une personne. Cet indice est obtenu en divisant le poids (en kg) par la hauteur (en mètres) au carré (kg/m²). L’IMC est un indice caractérisé par une bonne corrélation avec la quantité de graisse corporelle, bien qu’il ne mesure pas directement la masse graisseuse du sujet, ni sa répartition dans le corps. Selon la définition de l’Oms, vous êtes en surpoids si la valeur du Bmi est >25 kg/m² et obèse si le Bmi est >30 kg/m².