mercredi, décembre 12

Les deux nouveaux porte-avions américains pouvant anéantir la Corée du Nord en quelques minutes

Il est inhabituel que trois des groupes de grève des transporteurs américains soient concentrés dans la même région du monde.

Très peu de forces aériennes dans le monde pourraient lancer une attaque avec 140 avions de combat, mais dans les mois à venir, et si le gouvernement le souhaite, les États-Unis auront la capacité de le faire à partir de trois de leurs porte-avions, qui sont déployés simultanément dans le Pacifique occidental. Le Pentagone insiste sur le fait qu’il s’agit d’une question de routine et affirme que des patrouilles sont prévues pour des rotations normales depuis des années. Mais étant donné la situation tendue dans la péninsule coréenne, avec la Corée du Nord qui teste constamment des missiles, y compris un  » tueur d’avion  » potentiel, la coïncidence semble très commode.

Les défauts de conception des navires de combat espagnols qui ont outragé l’Australie.

PEPE CERVERA

Deux navires construits par la Navantia espagnole pour la marine australienne ont subi des dommages à leurs hélices. Les navires ont coûté plus de 3 milliards de dollars. À qui la faute ?

Aux côtés des avions basés au sol stationnés en Corée du Sud et au Japon, les deux nouveaux porte-avions (l’USS `Ronald Reagan’ et l’USS `Nimitz’) qui rejoignent celui déjà déplacé dans la région (l’USS `Carl Vinson’) fournissent aux Etats-Unis une énorme capacité de contrôle naval et d’attaque au sol à partir de multiples orientations qui pourraient anéantir des positions clés en Corée du Nord en quelques minutes.

USS Carl Vinson

Le Carl Vinson est le transporteur qui a été déplacé pendant des semaines dans le Pacifique occidental, prêt à attaquer la Corée du Nord si nécessaire. Le groupe de combat CVN-70 Carl Vinson se compose du porte-avions de classe Nimitz, qui porte le Carrier Wing 2 (CVW-2), du croiseur USS `Lake Champlain’ (CG-57) de la classe Ticonderoga pour servir de garde du corps et des destructeurs de missiles Arleigh Burke USS classe `Michael Murphy’ (DDG 112) et USS classe `W Wayne E. Meyer’ (DDG 108).

Généralement, ce type d’entraînement comprend au moins un sous-marin d’attaque de classe Los Angeles ou Virginie, parfois deux, bien que les déploiements de sous-marins ne soient pas rendus publics (dans des conditions normales). L’ensemble du groupe compte plus de 7 500 marins et aviateurs à bord.

Le Carrier Wing 2 (CVW-2) se compose de neuf escadrons, dont quatre sont des escadrons de chasse et d’attaque équipés de F/A-18 modèles C (Hornet) et E et F (Super Hornet), entre 50 et 60 avions. De plus, il y a un escadron de guerre électronique équipé de la variante spécialisée, le EA-18G Growler (quatre à six). Parmi les aéronefs à voilure fixe, on trouve un escadron d’avions E-2C Hawkeye Early Warning (de deux à quatre) et un escadron de logistique de la flotte utilisant la version cargo C-2A de Greyhound.

Dans les avions à voilure tournante, il dispose de deux escadrons d’hélicoptères MH-60 Seahawk des versions S et R pour la guerre anti-sous-marine et antinavires et le travail de soutien. Dans les patrouilles de routine, il transporte généralement environ 90 avions et hélicoptères avec lesquels il peut lancer plus de 120 opérations aériennes par jour.

Dans les patrouilles de routine, il transporte généralement environ 90 avions et hélicoptères avec lesquels il peut lancer plus de 120 opérations aériennes par jour.

L’USS Carl Vinson et son groupe de combat ont quitté son port d’attache de San Diego début janvier pour une patrouille dans le Pacifique occidental qui comprenait des missions d’entraînement en tactique anti-sous-marine et d’attaque, ainsi qu’une présence dans la région. En avril, à la suite d’une tension accrue avec la Corée du Nord, il a été annoncé que le  » Vinson  » avait été réorienté vers la péninsule coréenne, bien que les progrès réels vers la région aient été retardés par des engagements antérieurs causant des problèmes politiques à Washington.

Il est intéressant de noter que, compte tenu de la nature des menaces de Pyongyang, il semble que le croiseur et les deux destroyers du groupement tactique n’avaient pas les améliorations nécessaires à leurs systèmes radar pour la défense antimissile balistique, et que d’autres navires américains ont dû combler le manque à gagner. La Marine, bien sûr, prétend être à l’abri de toute menace.

USS Ronald Reagan

Le groupe de combat 5 du porte-avions USS `Ronald Reagan’, CVN-76, a quitté son port d’attache à Yokosuka, au Japon, à la mi-mai, dans ce qui a été décrit comme une patrouille de routine après une période de maintenance et de mise à niveau de l’équipement. Il est accompagné du croiseur antiaérien USS ‘Shiloh’ de la classe Ticonderoga, ainsi que des destructeurs de missiles USS ‘Barry’, USS ‘John S. McCain’, USS ‘McCampbell’ et USS ‘Mustin’ de la classe Arleigh Burke. Contrairement au groupe  » Vinson « , plusieurs escortes sont équipées de la version avancée du système Aegis avec une capacité de missiles balistiques ( » Shiloh « ,  » Barry  » et  » McCain « ).

À bord du Reagan se trouve la 5e Escadre embarquée (CVW-5), basée à Atsugi, au Japon, dont la composition est similaire à celle du CVW-2 : quatre escadrons de chasse et d’attaque avec F/18 Hornet et Super Hornet, un escadron de guerre électronique avec EA-18G Growlers, un escadron d’alerte rapide avec Hawkeyes, un escadron logistique avec Greyhounds et deux escadrons d’hélicoptères Seahawk. Comme dans les autres classes de Nimitz, la composition exacte en termes de nombres peut varier, mais il s’agit généralement d’environ 70 dispositifs dans les missions de routine, dont environ 40-50 sont des dispositifs d’attaque.

USS Nimitz

Le troisième groupement tactique de porte-avions se préparant à partir pour le Pacifique occidental est le 11e groupement tactique centré autour de l’USS `Nimitz’, le premier du genre, partant cette semaine de sa base de Kitsap-Bremerton, dans l’État de Washington, de rencontrer d’abord les destructeurs de missiles USS ‘Kidd’ et USS ‘Shoup’ de la classe Arleigh Burke (basé sur Everett), puis le reste de leur escorte, qui comprend les destructeurs USS ‘Howard’ et USS ‘Pinckney’ et le croiseur Ticonderoga de la classe USS ‘Princeton’ (basé à San Diego). Le’Nimitz’ vient de terminer une longue période de réparations et d’entretien pour prolonger sa durée de vie utile ; c’est un navire qui est en service depuis des années, ayant commencé son service en 1975.

Le ‘Nimitz’ embarque le ‘Ala 11′ (CVW-11), avec une composition presque identique à celle de ses autres compagnons : environ 90 avions dont des hélicoptères Seahawk, environ 40 à 50 F/A-18 Hornet et Super Hornet, des avions de guerre électroniques Growler, l’alerte précoce Hawkeye et la logistique Greyhound. En ajoutant leurs dispositifs d’attaque disponibles à ceux de leurs deux compagnons, nous obtiendrions une capacité de projection de 120 à 150 chasseurs-bombardiers F/A-18, qui pourraient être escortés par 12 à 18 avions de guerre électroniques Growler ; les navires seraient couverts par une bulle radar générée par six à 12 avions Hawkeye et par les systèmes Aegis de leurs escortes, les classes Ticonderoga et Arleigh Burke (11 ou 12 navires).

Aegis serait également responsable de la défense contre d’éventuelles frappes aériennes, ainsi que des missiles balistiques. Ces navires ont également des capacités anti-sous-marines avec des sonars de coque et leurs propres hélicoptères Seahawk pour rejoindre ceux du transporteur ; sous chaque groupe, il y aurait une couverture d’au moins un (et parfois deux) sous-marin nucléaire d’attaque pour faire face à toute menace, au-dessus ou sous l’eau.

Bref, il est assez inhabituel que trois des groupes de grève des transporteurs américains soient concentrés dans la même région du monde, à moins qu’il ne s’agisse d’un point très chaud (le golfe Persique) ou qu’ils prennent le relais. La pratique normale consiste à déployer trois de ces unités en temps de paix sur les dix maintenant disponibles, tandis que les autres sont en rotation pendant leurs périodes d’entretien et d’entraînement.

La pratique normale est d’avoir trois unités de déploiement en temps de paix sur les dix dont dispose l’armée américaine.

Dans des conditions exceptionnelles, la marine américaine a été en mesure d’accélérer les déploiements, concentrant jusqu’à six groupes de frappe pendant la Première Guerre en Irak, quatre pour l’opération Enduring Freedom au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 et six pour la Seconde Guerre en Irak.

Selon les informations les plus récentes, outre les trois groupes du Pacifique, les États-Unis en ont un autre dans le golfe Persique, centré sur l’USS  » George H. W. Bush « , et trois porte-avions sont en maintenance légère ( » John C. Stennis « ,  » Harry S. Truman « ) ou en maintenance profonde qui prendra fin en août 2017 ( » Abraham Lincoln « ), lorsque le complexe et le ravitaillement lent d’un autre va commencer ( » George Washington « ). Pour estimer le potentiel de conflit, il sera nécessaire de surveiller ce que l’USS’Theodore Roosevelt’ et l’USS’Dwight D. Eisenhower’ font, tant au port pour l’entretien que pour la formation. S’ils accélèrent leur cycle et partent en mer, nous saurons qu’un gros se prépare.